Clara Furey

Clara Furey| EDCM

Chorégraphe

Formée toute son enfance en musique au Conservatoire de Paris et plus tard, en danse à l’École de danse contemporaine de Montréal, Clara Furey débute sa pratique artistique par le chant et la composition musicale. Elle poursuit ensuite son parcours artistique, s’oriente vers la danse et fait quelques interprétations au cinéma notamment dans The Forbidden Room de Guy Maddin. Elle commence sa carrière en tant qu’interprète pour de nombreux chorégraphes, dont George Stamos, Damien Jalet et Benoît Lachambre qui aura un impact important sur sa démarche artistique.
Elle se tourne résolument vers la création chorégraphique depuis 2011 et développe une démarche visant à matérialiser l’abstraction des sentiments. Elle construit des pièces axées autour de l’Hyper-éveil des perceptions sensorielles. Elle s’intéresse à la recherche physique et à une gestuelle d’une extrême précision. Aux micro-détails qui forment l’individualité de chacun, au macro qui nous unis tous, à la transformation constante de l’énergie et à laisser de l’espace au vide communicatif et à l’esprit créatif du spectateur. Elle travaille à ramener la performance chorégraphique dans une proximité sensible et perceptible.
Plusieurs projets de collaborations l’ont amené à penser une approche consistant à décloisonner la danse en l’amenant dans des lieux muséaux et en conjuguant arts visuels et chorégraphiques. Clara Furey s’intéresse au dialogue entre les mediums qui créent une oeuvre vivante, les invitant à interagir dans une hiérarchie horizontale.
Depuis 2017, Clara Furey s’oriente vers la direction artistique et la création chorégraphique de groupe avec Cosmic Love. Dans cette oeuvre, elle travaille avec ses interprètes à développer des représentations intuitives et poétiques de phénomènes physiques à travers un espace scénique épuré dans lequel toute forme de communication devient possible. La même année, elle est invitée par le Musée d’Art Contemporain de Montréal à créer un cycle de 90 performances solo intitulé When Even The dans le cadre de la grande exposition hommage à Léonard Cohen Une brèche en toute chose. La première européenne a eu lieu au MUMOK dans le cadre de l’ImPulsTanz à Vienne.
Ses pièces ont tournées dans de nombreux festivals dont La Biennale de Venise, Les Rencontres Chorégraphiques à Paris, le Festival TransAmériques à Montréal, ImPulsTanz à Vienne, Performance Mix à New-York, et dans divers pays dont la Lituanie, la République Tchèque, la Slovaquie, l’Espagne, la Hollande, la Belgique.
Sa dernière création, Rather a Ditch, un solo interprété par Céline Bonnier sera présenté en première mondiale au Festival TransAmériques au printemps 2019.
Elle est artiste associée à la compagnie Par B.L.eux.
 
À propos de l'atelier :
 
Un conte noir peut être aussi magique et poétique que sombre et bouleversant. Ce point de départ a soulevé de nombreuses questions sur la notion de rencontre : rencontrer l’autre, mais aussi se rencontrer soi, son passé, ses vérités sombres.
Nous aimerions qu'ensemble/seul, notre corps/nos corps raconte une histoire, parfois par des mouvements abstraits, parfois par des mouvements plus figuratifs. Cela permettra de jouer avec le rapport entre fiction et réalité, ou avec la vérité versus l’illusion. À la suite de la rencontre des deux univers artistiques, l’atelier mélangera des éléments de la danse contemporaine et de la danse performative. Nous utiliserons des outils d'improvisation, de chorégraphie et de notre expérience de vie.
Nous désirons créer une vraie rencontre entre nos mondes et ne pas nous soumettre l'un à l'autre. La particularité de l’univers de Peter Jasko s’exprime au travers de capacités physiques très précises, héritées en partie de la danse folklorique.
L’univers de Clara Furey est en opposition, beaucoup plus performatif: direct, intime et chargé. Nous souhaitons nous concentrer spécifiquement sur l'exercice de la pratique individuelle, le travail en duo tout en utilisant nos recherches. Nous allons jouer et explorer l’idée de la rencontre, en dépassant la simple image de la relation homme/femme ou du rapport sexuel lié au genre. Il s’agit pour le danseur, à la fois participant et observateur, de travailler à la fois sa physicalité dans l’espace mais aussi de travailler l’espace et la physicalité avec l'autre danseur/les autres danseurs et avec le public.
 
 
Crédit : Mathieu Verreault

Infolettre

Pour recevoir toute l’information sur nos formations, nos cours, nos activités, abonnez-vous à l’infolettre