À la rencontre de sa culture grâce à la danse

C’est ce qu’a réalisé Stacey Désilier qui se rendait pour la première fois au pays de ses parents, Haïti. Mais revenons au début.
 
Travaux d’études, répétitions, entraînements... Encore tout récemment, Stacey était étudiante à l’École de danse contemporaine de Montréal. Collaborer avec des danseurs haïtiens, pourquoi pas? L’idée fit son chemin et se développa dans le cadre de son cours de gestion de carrière. Le projet consisterait à donner la chance aux danseurs autodidactes haïtiens de bénéficier d’une formation en danse, puis de présenter le fruit de leur travail sur scène. Elle prépara son voyage, notamment avec l’aide de la chorégraphe Mélanie Demers (compagnie Mayday), qui lui indiqua à quelles portes frapper. Diplômée en 2014, entre différentes activités, Stacey s’envola donc pour Port-au-prince et Cayes aux côtés du circassien Yann LeBlanc.
Choc thermique-choc amoureux. Pendant un mois, les rencontres se sont enchaînées. Beaucoup de partage, beaucoup d’enseignement, beaucoup de danse : de la troupe de théâtre, à la relève de la danse folklorique haïtienne Haïti Tchaka Danse, la compagnie Jean-René Delsoin, en passant par le Centre culturel Anne-Marie Morisset, par un spectacle pédagogique avec Oxfam Italie, puis par le Centre culturel Pyepoudre, etc. La liste est longue.
 
Avec son art, Stacey s’est engagée socialement et a pu échanger auprès des enfants, des étudiants, ainsi que des jeunes artistes. « Passer mon quotidien avec eux m’a apporté une vraie richesse intérieure », ajoute-t-elle. Elle raconte un de ses plus beaux moments du voyage : « Sans ma rencontre avec Vivianne Gauthier, ma rencontre avec l’art à Haïti n’aurait pas été complète. C’est une icône de la danse, elle est fascinante. À 98 ans, plusieurs générations de danseurs l’ont côtoyées ».
 
La jeune interprète désire retourner à sa deuxième maison, chaque année pour des périodes plus longues, en vue de présenter les techniques de danses contemporaines et urbaines : « J’ai fait connaissance de magnifiques artistes. J’aimerais que le public montréalais les rencontre à son tour et vice-versa, ce serait fantastique que des artistes d’ici, de différentes disciplines, puissent collaborer avec ces talents ».
 
On souhaite une belle continuation à Stacey et à ses projets d’avenir entre Montréal et Haïti.
 
 
Photo du haut : Haïti Tchaka Danse
Photo du bas : Julie Artacho / Danseuse : Stacey Désilier
 

Latest News

Newsletter

To learn more about the School’s training programs, classes and activities subscribe to the newsletter.